Par

James Kochalka

© James Kochalka (Top Shelf)
Après quinze ans de strip quotidien, James Kochalka tire le rideau sur l'expérience American Elf en ce 31 décembre 2012.
10
Oct
08
Couverture James Kochalka

James Kochalka

Entretien de Nicolas Verstappen

American Elf

10
Oct
08
Couverture James Kochalka : American Elf

James Kochalka : American Elf

Entretien de Nicolas Verstappen

October 26, 1998 : James Kochalka decides to take on the challenge of producing a 4-panel daily strip, based on his daily life. Ten years later, this “cartoon diary” is still running alongside the artist’s other projects, withstanding two births and marveling at the little things of family life. An exploration of the intimate. Nicolas Verstappen : […]

11
Jan
08

Super F*ckers

de James Kochalka

L’une des marques de l’impact des super-héros sur la bande-dessinée américaine se trouve dans la fascination des auteurs indépendants/alternatifs pour le genre, ces derniers étant nombreux à avouer le rêve de s’attaquer, à leur manière, à une histoire de super-héros. Si la majorité de ces envies restent au stade du fantasme, les passages à l’acte […]

30
Déc
05

The Cute Manifesto

de James Kochalka

Mignon par le format, malin par le contenu, The Cute Manifesto réunit trois textes et cinq bandes dessinées égrainés pour la plus part, tout au long de ces dix dernières années. S’il s’agit bien d’une compile, elle n’en est pas pour autant fourre-tout, mais affiche bien plutôt une cohérence qui en fait un véritable manifeste […]

23
Sep
05

American Elf

de James Kochalka

En Août 1998, James Kochalka se rend à la San Diego ComiCon, et tient, sur la durée de la convention, une sorte de mini-journal sur le mode du strip. Quelques mois plus tard, il décide de renouveller l’expérience, et en Octobre 1998, il commence la production d’un strip quotidien en quatre cases, qu’il continue aujourd’hui […]

09
Juil
03

Monkey vs. Robot and the crystal of power

de James Kochalka

De l’objet minéral, animal ou végétal le robot ne distingue que les possibles mais pas les genres. D’ailleurs, il n’en a pas lui-même. Il ne se distingue que par sa fonction qui, par conséquent (programme), lui fait apporter l’objet pour qu’il soit analysé par le capteur («knowledge extractor») de l’ordinateur cognatique («mother computer»). Pratiquant une […]