Bravo les Brothers

de

Notes de (re)lecture

Quelle est la durée de cette case ?

Un des trois chimpanzés vient juste de briser la pipe de Fantasio, d’un magistral coup de carabine. Sous le choc, ce dernier tente d’allumer une cigarette, quand soudain… Quand soudain nous voici plongés dans une case étonnante pour peu qu’on l’étudie de près. On y voit Spirou crier «Attention» tout en se précipitant devant Fantasio qui se fige en fixant du coin de l’œil l’autre bout de la case où le quadrumane savant s’apprête à réaliser un numéro encore plus difficile : tournant le dos, il pointe son fusil vers Spirou et Fantasio en visant dans un petit miroir de poche. Jusqu’à présent, tout est cohérent avec le «quand soudain» avec lequel j’ai introduit cette case : l’action se précipite, c’est ce que nous indiquent notamment le cri et la posture de Spirou. Le lecteur gourmand s’empresse de passer à la case suivante pour apprendre ce qu’il advient : comment cette situation délicate va-t-elle se résoudre. Mais avant cela, il reste une bulle à lire, celle de Gaston, posté à côté du singe, à l’extrême droite de la case : «Chhhht ! un peu de silence quand ils font un tour difficile…»

Se peut-il réellement que Gaston ait le temps de prononcer cette longue phrase dans le feu de l’action ?

Gaston contredit Spirou

Il apparaît en effet une contradiction dans les indications de vitesse de l’action fournies par les éléments du dessin de cette case. Si ni Fantasio, ni le chimpanzé, ni le décor ne nous renseignent sur une durée, en revanche, Spirou, par sa posture (en déséquilibre lévitant) et par la bulle qui lui est associée (brièveté du discours, exclamation en majuscules) donne une impression de rapidité et d’accélération du récit. On se doute que la prochaine case va nous montrer ce qu’il advient dans la seconde qui suit.

A l’inverse, la posture de Gaston (stable, les pieds au sol) et sa bulle (longue phrase en petit caractères) jouent un rôle de ralentisseur de la lecture. Les lecteurs de comics connaissent bien la fonction de ces bulles parsemant les scènes d’action : il s’agit de faire durer la lecture de récits fondés sur l’action plutôt que de nous faire croire que les personnages ont vraiment le temps de prononcer ces paroles.

C’est Spirou qui l’emporte

Pour le lecteur que je suis, c’est Spirou qui l’emporte. La case suivante me donne raison puisqu’on y voit Spirou et Fantasio plonger pour éviter une rafale de balles (d’ailleurs, est-ce qu’une carabine peut vraiment lâcher plusieurs balles d’affilée ?). En suivant Spirou dans son appréhension de la situation, et en retenant donc l’option de l’urgence, je fais aussi le choix corollaire de disqualifier le texte présenté dans la bulle associée à Gaston en tant que parole : je me dis que Gaston ne prononce pas vraiment cette phrase dans la réalité. Bien entendu, la réalité dans laquelle vivent Gaston, Spirou et Fantasio est peu tangible et il est préférable de reformuler cela : disons plutôt que le personnage dessiné de Gaston est une représentation d’un type humain (nonchalant, inventif, paresseux, joueur, etc.) et que la bulle qui le surmonte fait partie de cette représentation.

Le contenu d’une bulle renvoie à la fois au discours et aux paroles que pourrait prononcer ce type humain, mais aussi à des indications sur son tempérament, sa psychologie. Ainsi, la bulle associée à Gaston dans cette case n’indique pas forcément des paroles verbalisées (comment aurait il eu le temps de les prononcer ?) mais plutôt un état d’esprit ou une réaction intérieure à la situation. La bulle et son contenu nous renseignent sur son attitude autant que le dessin du personnage.

Il est fort ce Ric Hochet

D’ailleurs, les lecteurs de bande dessinée ont pris l’habitude d’accorder aux textes présents dans les bulles un statut particulier qui ne coïncide pas exactement avec le discours verbalisé du personnage. Nous acceptons par exemple que les personnages de bande dessinée s’expriment dans un langage «oral» qui relève plutôt du registre de l’écrit (cela se remarque par exemple dans la faible fréquence des élisions). Nous sommes aussi blasés face à des personnages qui parlent tout seul en commentant leurs actions («Me voici dans de beaux draps») ou qui parlent à leur chien ou à leur cheval…

Un autre exemple nous est fourni par le fameux Ric Hochet qui, tout en évitant les coups de poings d’un balèze trouve le temps de formuler quelques saillies narquoises telles que «He bien l’ami, il va falloir apprendre à viser !» Il est fort ce Ric Hochet !

Site officiel de Dupuis
Chroniqué par en juin 2014

Les plus lus

Les plus commentés