Portrait
juin 2017

Joe G.Pinelli

par Mola Lontes

Il est de ces voix qui parlent peu mais qui savent se faire entendre et pas uniquement pour combler des blancs. Dans le domaine de la bande dessinée, remplir les espaces vides est pourtant facile. Joe Pinelli n’est pas de ceux-là. Discret artisan de l’underground, il est l’un des pionniers de la bande dessinée autobiographique en France mettant son sens aiguisé du trait et du verbe au service de créations en forme de trompe l’œil. De ses débuts chaotiques dans la moite Espagne à sa douce vie de famille dans l’humidité Liégeoise, il raconte son parcours haut en couleurs ou la frontière entre réalité et fiction n’est pas aussi claire qu’on pourrait le croire.

Portrait
juin 2017

Delmas x Fleury

par Gabriel Delmas

Support privilégié de l’activiste graphique, le « graphzine », recueil de dessin publié en petits tirages, est en expansion depuis le début du siècle. Ce recueil libre, qui rend compte avec une certaine immédiateté des créations graphiques d’un artiste ou d’un groupe plus ou moins restreint d’artistes, permet de contourner les circuits commerciaux traditionnels des livres et des périodiques. Produite de manière souterraine, cette culture hétéroclite se renouvelle en permanence et voit plusieurs sous-sols se creuser sous la « grande surface commerciale » de plus en plus fade. Les codes graphiques s’épuisent à force de redites, de surexploitation des mêmes principes, à force aussi de provocations superficielles et clinquantes, à force d’esthétisations sans beaucoup de sens.
Frédéric Fleury est un acteur et observateur important des graphzines. C’est sur ce support d’abord qu’il montre ses dessins, sur ce support qu’il transforme ses recherches graphiques en séries. Ses dessins évoluent entre humour trash, formes étranges et monstres apocalyptiques.

Portrait
mai 2017

Philippe de Pierpont

par Annabelle Dupret

La force poétique de Paysage après la bataille tient autant à l’imaginaire actif qu’il sollicite chez son lecteur qu’à celui de ses auteurs, Eric Lambé et Philippe de Pierpont. Eu égard à leur longue collaboration, tissée par une haute estime mutuelle, et un réel désir de susciter, par l’écriture commune, la plus grande part d’imagination graphique de son dessinateur Eric Lambé; nous sommes allés à la rencontre de Philippe de Pierpont, le scénariste du livre, afin de découvrir quelles étaient les conditions sensibles et communes de création qu’ils ont élaborées ensemble, avec le temps, pour réaliser un récit dont l’éminence du dépouillement répond à l’appel d’un vécu indicible. La force poétique d’un récit énonçant en image la dissolution accidentelle d’une vie qui réapparaît sans que l’on puisse en expliciter les sources intimes autrement que par l’image et la lecture.

Portrait
mai 2017

Partager Alan

par Xavier Guilbert

Suite et fin de cet entretien-fleuve en compagnie d’Emmanuel Guibert, mais également de ces amis qu’il porte désormais en lui. Où il sera question d’amitiés précieuses, de la rencontre du texte et du dessin, d’urgence et de mémoire.

Portrait
avril 2017

Dessiner Alan

par Xavier Guilbert

Deuxième partie de cet entretien avec Emmanuel Guibert, où l’on évoquera dessin et destin, narration et rencontres, coïncidences et découvertes. Et toujours, quelque part, en compagnie d’Alan.

Portrait
avril 2017

Ecouter Alan

par Xavier Guilbert

Depuis vingt ans et les premières pages publiées dans Lapin, Alan Cope est devenu un personnage de bande dessinée — traversant tout d’abord la Deuxième Guerre Mondiale, puis revenant sur son enfance et, plus récemment avec Martha et Alan, ses premières amours. Biographe volontaire, Emmanuel Guibert est toujours prêt à évoquer ce qui fut pour lui une rencontre d’une importance rare. Entretien fleuve, en trois parties.

Portrait
mars 2017

Loo Hui Phang

par Xavier Guilbert

L’année dernière, Loo Hui Phang avait marqué les esprits avec deux collaborations tout en nuances: L’odeur des garçons affamés avec Frederik Peeters, et Nuages et pluie avec Philippe Dupuy. Elle était également à l’honneur au dernier Festival d’Angoulême, pour une exposition qu’elle-même avait voulue « synoptique ». Rêve, utopie, désir, ambiguïté, corps-paysage — autant de thèmes venant baliser le parcours de cette auteure, de son Laos natal aux plaines du Far-West.

Portrait
mars 2017

Delmas x Valfret Aspératus

par Gabriel Delmas

L’underground graphique nous montre des produits sans code barres, des posters mais aussi des recueils d’images pliés, agrafés, cousus mains, dont les techniques d’impression commencent avec la ronéo, la gravure lino, jusqu’à la plus récente risographie, mais aussi de simples assemblages de feuilles imprimées avec un toner noir de photocopieur des plus basiques. Ces éditions très limitées ne cessent de réinventer l’objet livre, le « zine » mais aussi les principes de la bande dessinée. Ces suites d’images racontent, expriment, et sont au cœur de la révolution de l’image imprimée en Europe. En ce moment, ce sont ces marges qui font bouger l’énorme bande dessinée, fossilisée dans ses références immenses.

Portrait
mars 2017

Éric Lambé

par Annabelle Dupret

Paysage après la bataille, publié par l’insatiable FRMK en collaboration avec Actes Sud BD, a reçu cette année le Fauve d’Or au Festival International de Bande Dessinée d’Angoulême. Le jury, constitué de journalistes, d’auteurs, et d’une libraire, s’est révélé radical et exigeant dans cette élection. Bande dessinée sublime et dépouillée, celle-ci invite le lecteur à un effort de lecture, tout en se présentant comme une œuvre éminemment ouverte, avec un accès d’une simplicité détonante.

Portrait
février 2017

Delmas x Alkbazz

par Gabriel Delmas

A la suite de ma longue discussion avec Christophe Poot, j’ai débuté une série d’entretiens avec des artistes qui interviennent dans le livre, pour lesquels le livre est un des supports privilégiés d’expression graphique et plastique, bien au-delà de la bande dessinée ou de l’illustration. Même si les liens avec la bande dessinée sont souvent pertinents, l’objet final se veut singulier, indépendant, hétéroclite, divergent: fanzines, graphzines, recueils sérigraphiés, auto-productions aux formats divers. Après ma discussion avec Julien Gardon, je continue donc avec Alkbazz.

Portrait
janvier 2017

Delmas x Gardon

par Gabriel Delmas

Julien Gardon est un artiste dessinateur au trait sombre et acéré. Il participe à de nombreux fanzines et collectifs. Depuis Toujours la même chose sorti en 2006 chez Garage L, il auto-édite plusieurs recueils de ses dessins. Son dernier travail !!!Dégage!!! a été publié au Dernier Cri en 2016.

Portrait
janvier 2017

Nicolas Mahler

par Maël Rannou

Enfance & influences Maël Rannou : Bien que vous pratiquiez l’autobiographie, on sait peu de choses de vous, de votre environnement […]