du9 in english

Faune ou l’histoire d’un immoral

de

Quelques pages dans des revues de création, un Conte démoniaque à l’Association, ce Faune initialement publié par Amok, Les sœurs Zabîme chez Ego comme X et puis Aristophane Boulon, dit Aristophane, s’en va. Une œuvre circonscrite aux années 90.

Le dessin d’Aristophane qui conjugue académisme et liberté ne devait rien aux tics graphiques de l’époque et n’a donc pas pris une ride. En rejouant les mythes, il touche à un universel intemporel qui rend son travail aussi classique que moderne.
L’homme-bouc n’est mu que par une doctrine : « je m’opposerai à toute morale, renierai toute transcendance, raillerai tout amour et toute amitié, n’honorerai que ma volonté ». Gare aux baigneuses, gare aux animaux de la forêt qui souhaiteraient pactiser avec le faune. Il ment, viole et tue par plaisir, ne manifeste pourtant aucune joie.
« Peut-on réellement vivre sans communication et ne pas sombrer dans un total désespoir ? », demande le narrateur. Les crocs des chiens pas plus que les fusils des hommes n’auront vraiment raison du satyre. Privé de désir et rongé par l’ennui, il s’éteindra en silence dans une nature imperturbable.

Merci au FRMK de le ressusciter aujourd’hui, bien décidé à remettre en évidence un auteur dont l’œuvre majeure, Un conte démoniaque — que ses lecteurs et lectrices disent essentielle à toute bibliothèque — n’a pas été rééditée depuis 1996.

[Texte initialement publié sur le site de l’excellente librairie Contrebandes, à Toulon]

Site officiel de FRMK
Chroniqué par en décembre 2016