Le Paradis Artificiel

de &

Le paradis artificiel est le très beau titre du très bon one shot consacré au Surfer d’Argent, signé Ron Mar (scénar), Claudio Castellini (dessin) Joe Rosas (couleurs) (in Silver Surfer n°1, février 97, p. 2 à 48.)
Eh oui ! le paradis n’est-il pas forcément artificiel ? Une utopie à atteindre ? Pendant un temps donné pour une ou des personnes données ? Et ce paradis s’il est atteint, n’est-il pas qu’un petit bonheur de courte vue et maintenue à coups d’oeillères ? Mon paradis à moi, n’est-il pas forcément différent voir contre celui de l’autre ? Mon paradis est-il l’enfer pour l’autre ?
Des réponses là tout de suite quand Galactus le célèbre planètovore envoie malgré lui le surfeur argenté, intercepter une comète qui contiendrait et qui contient une civilisation exceptionnelle à l’importance universelle !

Alors in cometo c’est beau effectivement ! Mais l’on finit par apprendre et comprendre que ce paradis est fondé sur l’asservissement de l’autre, du différent, du diabolisé, donc ici et littéralement d’un démon sans nom, car « l’enfer c’est les autres » comme disait l’autre (qu’est peut être en enfer maintenant allez savoir ?).
« Alors l’autre, oh l’autre ! Mais ça va pas ? Mais … eh bien oui ! Il s’échappe ! En direct ! Il casse tout pour se venger ! — Jessie Bi pour du9 sat. a vous les studios. »

Oui, on peut le comprendre finalement, mais l’on sait que la violence ne mène à rien. Alors le Silver Surfer intervient avec sa logique de préservation du vivant et de promotion de la justice qui fait toute sa beauté. Logique hautement complexifiée par l’intervention sans complexes d’une autre beauté (mais ici vraiment salope) White Raven !
Paroxystique non ?

Le Hérault galactique trouve ici un dessinateur à sa démesure : Castellini qui comme le Druillet inspiré des 70’s nous dépeint des univers hors norme dynamisés, dynamités. Castellini y ajoute sa sensibilité tout italienne pour dessiner une White Raven qui porte un scaphandre ultra-moulant et rien en-dessous ( ! ! ! ! ! ! !).
Peut-il y avoir argument plus convaincant de lecture ?
De toute façon j’arrête là.
Tchao !

Chroniqué par en août 1997

Les plus lus

Les plus commentés