Year 506

de

N’ayons pas peur des mots, ceci est un manifeste politique. Un manifeste évident pour tout lecteur du Monde Diplo ou de Bourdieu. Mais Philou (qu’on avait déjà remarqué pour sa première BD Le temps des chiens) est assez rusé pour éviter le côté dogmatique ou le prêchi-prêcha.

Mieux, il choisit de nous présenter des souvenirs soit précis (voyage au Chiapas ou en Croatie) soit anectodiques (une simple carte postale) pour nous faire part de ses interrogations concernant cette société et surtout concernant notre rôle potentiel contre son évolution.
Le ton est pessimiste, les dessins sont aussi rudes que les situations, mais c’est le prix du réalisme. Une belle performance à rapprocher des bandes d’Ivan Brun.

On notera aussi que cette BD est en fait un split BD/CD, la partie musicale est représentée par le groupe Happy Anger (de Lyon également) et son hardcore frenchy très attachant qui illustrent les propos de Philou (qui a d’ailleurs collaboré aux textes de quelques titres).

Chroniqué par en novembre 1998

Les plus lus

Les plus commentés