Fragments, bande dessinée

de

Fr. 22. La bande dessinée s’oppose à la narration (entreprise communicationnelle d’extinction massive) par un usage du langage et de l’image conçus comme traces — pratique intensive du fragment.

Fr. 23. La bande dessinée n’est en rien narrative ; la bande dessinée est un espace propice à la confrontation avec la narration, en vue de lui régler son compte.

Fr. 24. Ce champ que Brian Chippendale, bœuf tournant, arpente au boustrophédon. La surface à sillonner, creuser, labourer, marquer. Maggots, le champ de patience de Chippendale. Béant d’un côté, accueillir toutes les puissances anti-narratives, violemment restrictif de l’autre, barbelé contre crapule communicationnelle : le champ de la bande dessinée.

Fr. 25. Ce que je trace à l’outil, au fragment. Le plus indécis et le plus tranchant des outils, le plus vague et le plus précis. L’outil s’affûte au fil des découpes, à vide et sur du vide, et pourtant s’affûte, en ce que je trace, trace une surface, un champ, à sillonner, creuser, labourer, marquer.

Fr. 26. Sur bien des pages, langage et image s’effondrent en lambeaux vérolés de signification, témoignage des défaites accumulées, reconnaissance profitable de ce qui n’est pas la bande dessinée.

Fr. 27. Réduire le geste à l’industrie, fabrique adéquate : saloperie de principe du couplage dessinateur-encreur.

Fr. 28. Une exception : sans Mike Royer, quoi du travail de Jack Kirby ? Quoi des gestes-fragments taillant le sein des cases ? Quoi des surfaces d’annulation, paradoxal gouffre d’aplats, écrabouillant toute perspective déjà réduite à l’agonie ? Quoi des orifices squelettiques (et de cette dernière manière, la plus décharnée, la plus redoutable, la plus mélancolique, au canif) transperçant les faces stupéfaites ? Quoi des motifs (rien d’un style), répétition battante, acharnée, du geste-accident en suites d’éclats spontanés, déviants ? Quoi des forces de fusion et de dispersion s’ébattant sur la page ? Quoi du creuset de traces ainsi mis en œuvre ? De son bouillonnement ? De l’entretien de son bouillonnement ? Sans Royer passant outre l’industrie, à rechercher de sa main une sépulture décente aux mouvements conflictuels agitant la main de Kirby, il n’en serait presque rien resté (Infantino fut saccagé par Giella).

Fr. 29. « il parcourut inutilement le grand escalier désert foulé par tant de pas effacés » (Chateaubriand – Vie de Rancé)

Fr. 30. Une des autres dénominations (configuration passagère) du fragment, c’est la trace, témoignage d’une présence absente renvoyant à la fracture de l’être, présence toujours incomplète (n’en déplaise au libéral Chester Brown). La mort biologique, et la crainte qu’elle inspire, est la relation de cette tension originaire.

Fr. 31. La trace est fracture, le fragment est fracture.

Dossier de en juin 2017

Commentaires