Franconiaiseries contre Japoniaiseries

de

En France il est toujours de bon ton de railler les dessins animés japonais.
On leur reproche soit leur violence [1] soit leur faible qualité technique.[2]
Pourtant la production française n’a pas de quoi pavoiser. Les adaptations de Spirou ou de Corentin sont là pour le prouver.
Depuis les adaptations de Babar et de Tintin on fait les fiers alors que ces deux productions ont édulcoré d’une manière ignoble les bandes qui les ont inspirées !

Prenons le Tintin d’Ellipse par exemple. Ce studio a volontairement situé Tintin dans les années 40 (voire 50). Ainsi dans l’adaptation des Picaros, Tintin regarde une télévision noir et blanc et a toujours une culotte de golf. Alors que l’album d’Hergé est clairement situé dans les années 70. Tintin y regarde une télévision couleur (au design très marqué seventies !) et porte un jean marron ! (il porte même le signe Peace and Love).
Dans les albums de bande dessinée, Tintin est une sorte d’archétype intemporel reflétant et traversant cinquante ans d’histoire du XXième siècle. Dans le dessin animé, Tintin n’est qu’un personnage historique, un personnage mort.
D’un côté une oeuvre ouverte, de l’autre un mausolée marketing politiquement correct.[3]
Idem pour Babar. Déjà dans le dessin animé il a un ennemi ![4] Mais le pire est quand Babar est recueilli par la vielle dame pour être civilisé. Dans le livre, la ville est typiquement européenne, alors que dans le dessin animé la ville est une banlieue américaine, au standard des feuilletons : avec son livreur de journaux ou de lait, sa pelouse arrosée, l’absence de clôture, le panier de basket au dessus du garage, etc …
Babar[5] a été américanisé dans le seul but d’être mieux acheté par les américains.

Les japonais eux, savent faire des adaptations non édulcorées de leur bande dessinée. Ils ont d’abord développé leur univers car ils visaient avant tout chose leur propre marché intérieur. Alors qu’en France on fait l’inverse.
Si les japonais vendent si bien, cela vient contrairement aux idées reçues, d’abord de l’originalité et de la qualité de leur dessin animé plutôt que de leur faible coût. Grâce à eux l’imaginaire mondial s’enrichit et évite un nivellement purement « disneyen » et anglo-saxon.

La production américaine est la plupart du temps affligeante (cf l’adaptation des X-men en dessin animé), mais on arrive qu’en même à des perles rares comme Batman, Dinosaures et Cadillacs (adapté de Xenozoïc Tales du grand Schultz) ou Les Simpsons.
En France on n’a même pas ça ![6]
Alors au lieu de parler tout le temps de japoniaiseries on ferait bien de balayer nos franconiaiseries et de viser un peu plus la qualité pour maintenir et faire progresser l’originalité de notre imaginaire (s’il existe encore) qui lui-même diversifiera celui du village planétaire.

Notes

  1. Bien entendu on ne reproche rien à Titi et Gros Minet ou à Tom et Jerry. Pourtant très violents eux aussi (le père des Simpsons l’a très bien montré avec les fameux Itchy et Scratchy …).
  2. Ce qui est ridicule car la qualité d’une création ne vient pas de la technique qu’elle a exigée pour sa réalisation. Ou alors la réunion des musées nationaux fêterait régulièrement les peintres pompiers au lieu des impressionnistes …
    Les dessins animés japonais sont peut-être du huit voire douze images secondes, mais ces paramètres sont si bien maîtrisés qu’ils sont élevés au rang de langage !
    Et puis d’ailleurs notre écriture utilise beaucoup moins de caractères que l’écriture chinoise par exemple, mais est-ce que nos livres et les pensées qu’ils contiennent en sont pour autant inférieurs ?
  3. Dire que pour un nombre croissant de personnes Tintin sera d’abord cette adaptation en dessin animé avant d’être un livre ! Ça m’écoeure et me rend pessimiste !
  4. Babar régnant sur une monarchie parlementaire, il ne pouvait avoir pour ennemi qu’un dictateur Rhinocéros (habillé en rouge). Vision anglo-saxonne du monde ?
  5. Je ne gloserai pas non plus sur le fait que Babar, Spirou, Corentin et Tintin sont des classiques … En France l’adaptation en dessins animés d’une bande dessinée qui a moins de cinq ans et qui est en plus d’un jeune auteur est impossible et inimaginable !
  6. P.S. : Je suis vache ! On a quand même fait des trucs biens, l’adaptation de Rahan n’était pas mal par exemple. Puis, souvenez-vous d’Ulysse 31 ou de l’Inspecteur Gadget … mais bon, ça commence à dater tout ça …
Humeur de en janvier 1997

Les plus lus

Les plus commentés