Vues Ephémères – Décembre 2008

de

Alors que le Site Officiel égraine les jours avant l’ouverture des festivités, alors que la Sélection Officielle s’expose en ligne et chez les Partenaires Officiels,[1] cette fin d’année voit également tomber la série habituelle de prix un peu moins en vue que la consécration Angoumoise — Grand Prix de la Critique, Grand Prix RTL de la Bande Dessinée ou encore les Prix Tam-Tam.
Saison oblige, c’est donc sans trop de surprise que ce 27 Novembre, j’ai pu découvrir la liste des «pressentis» pour les prochains Globes de Cristal, dont la cérémonie (quatrième du nom) sera diffusée en direct sur France 3 le 2 Février prochain. Pour rappel, et comme l’indique le site web : «Les Globes de Cristal sont les prix de la presse française pour les arts et la culture. Les votants sont les journalistes des rubriques culturelles. Un jury d’une vingtaine de journalistes, présidé par une personnalité de la presse, établit une liste de 5 pressentis dans 12 catégories.»
Fort de la présidence de Jacques Attali cette année (succédant à Pierre Lescure et Bernard-Henri Lévy) et d’un jury de haute volée,[2] nul doute que la moisson va être bonne. D’ailleurs, l’organisation est formelle : «Les votants sont les journalistes. Ce sont eux les mieux informés et les plus à même pour donner une tendance du rayonnement artistique et culturel français de l’année.»

Tenez, prenons par exemple les «pressentis» en littérature (roman-essai) : Où on va papa ? de Jean-Louis Fournier, Un brillant avenir de Catherine Cusset, La meilleure part des hommes de Tristan Garcia, Ritournelle de la faim de J.M.G Le Clézio et Les années de Annie Ernaux. Soit dans l’ordre, le Femina, le Goncourt des Lycéens, le Prix de Flore, le Nobel et le Prix Marguerite Duras de l’année en cours. On pourrait ironiser que manquent à l’appel le Goncourt, le Médicis et le Renaudot, mais globalement, il faut reconnaître que ce plateau est particulièrement relevé.
Côté cinéma, la liste conserve une certaine tenue : une Palme d’Or à Cannes (Entre les murs de Laurent Cantet) plus un nominé sérieux (Un conte de Noël d’Arnaud Desplechin), et trois films aux qualités plus ou moins discutables : Mesrine, l’instinct de mort de Jean-François Richet, Deux jours à tuer de Jean Becker, et Le premier jour du reste de ta vie de Rémi Bezançon.
Enfin, curiosité extrême, la bande dessinée figure également au sein de ces douze catégories. Et l’on peut ainsi découvrir la sélection retenue : Une vie de chat de Philippe Geluck, Titeuf : le sens de la vie de Zep, Largo Winch : la voie et la vertu de Jean Van Hamme et Philippe Francq, Le Petit Prince de Joann Sfar et XIII T.19 : le dernier round de Jean Van Hamme et William Vance. Sans commentaire.

Disons-le tout de suite, je ne me hasarderai pas à évoquer les nominés des autres catégories, pour lesquelles je ne suis absolument pas équipé pour avoir ne serait-ce qu’un avis. Reste cet étrange grand écart entre la sélection littéraire d’une part, qui semble avoir été faite à l’aune de la critique, et la sélection de bande dessinée de l’autre, qui s’aligne étonnamment sur la force des tirages. En effet, hors Le Petit Prince,[3] tous les titres mentionnés font partie des plus grosses mises en place de cette rentrée (pour les trois premiers cités) ou de l’année passée (pour le dernier).
Pour autant, on cherchera sans succès Bienvenue chez les Ch’tis ou Astérix aux Jeux Olympiques parmi les «pressentis» du meilleur film — les deux plus gros cartons de l’année au box-office, et deux productions françaises s’il vous plaît. Du côté des livres, pas l’ombre d’un Marc Levy, d’une Anna Gavalda ou d’un Guillaume Musso — pourtant mastodontes éditoriaux imparables. A croire que messieurs les journalistes (qui, rappelons-le, sont «les mieux informés et les plus à même pour donner une tendance du rayonnement artistique et culturel français de l’année») font preuve de moins de pertinence et/ou d’exigence lorsque l’on en vient à parler de «petits miquets». Pas vu, pas pris ?
A moins qu’il ne s’agisse là que de la résurgence du parcours de ces éminents directeurs de rédaction et autres responsables du service Culture — issus du giron littéraire par formation, plus ou moins aguerris au cinéma au fil des ans, et sans repères en matière de bande dessinée.

On me dira probablement que je crache dans la soupe, qu’il faudrait avant tout se réjouir que la bande dessinée figure (enfin ?) au sein de ce panorama des Arts et de la Culture, et que tout légitimité est bonne à prendre.
On me dira sans doute aussi qu’il ne sert à rien de s’emporter pour une cérémonie télévisée qui se tiendra au Lido, permettant à certains d’écrire qu’ainsi, «France 3 fait montre de son engagement pour la culture» (sic).
Donc oublions tout cela, pardonnons aux journalistes culturels, cessons d’en vouloir à la presse généraliste — c’est la fin de l’année, laissons plutôt place à l’Esprit de Noël. Et tiens, ça tombe bien : la BD, c’est une super idée cadeau…

Les sorties de Décembre 2008
Ami lecteur, lectrice mon amour, retards, décalages et Angoulême imminent viennent compléter une mise en magasin déjà entérinée en Novembre, et le programme de sortie de nos amis éditeurs pour le mois de Décembre se retrouve (comme il en est l’habitude) effroyablement désert, tout du moins sur le Vieux Continent.

Versions Originales
Gabrielle Bell – Cecil and Jordan in New York : StoriesDrawn & Quarterly
Jeffrey Brown – Sulk vol 2 : Deadly awesomeTop Shelf Productions
Nick Jones & Nicolas Calaciti – Tiny LifeSLIVER LTD
Chester Gould – The Complete Dick Tracy Vol 6 – IDW
Faith Erin Hicks – The war at EllsmereSlave Labor Graphics
Kevin Huizenga – Fight or run vol 1 – Buenaventura Press
Kathryn & Stuart Immomen – Never as bad as you thinkBoom ! Studios
Tommy Kovac & Sonny Liew – WonderlandDisney Press
Ted McKeever – Eddy CurrentImage Shadowline
Anders Nilsen – Monologues for calculating the density of black holesFantagraphics Books

Revues
The Comics Journal #295 – Fantagraphics Books

Requiescat in Pace
Guy Pellaert (74 ans), peintre, graphiste et photographe qui s’était fait connaître dans les années soixante avec deux récits en bande dessinée, Jodelle et Pravda la survireuse. Il avait par la suite illustré nombre de pochettes de disques et d’affiches de cinéma.

(Coda)
La fin de l’année, c’est aussi l’occasion des bilans et des listes, histoire sans doute de venir en aide aux Pères Noël en mal de cadeaux. Lire : le magazine littéraire se fend donc de son classement des «vingt meilleurs livres de l’année» — au nombre desquels figure Le Petit Prince de Joann Sfar, seule bande dessinée à recevoir cet honneur. On pourrait arguer que c’était un choix des plus naturels à défaut d’être inspiré pour le magazine, s’il n’y avait pas l’indication des deux autres nominés : Le roi des mouches. t.2 L’origine du monde par Mezzo & Pirus, et Cœurs d’acier par Yves Chaland.
Mais voilà, «toute adaptation réussie est une révélation», et il est bien difficile de lutter avec Saint-Ex…

Notes

  1. Mais pas ailleurs — la plupart des librairies spécialisées estimant sans doute qu’il y a mieux à mettre en avant que ces nominés bien trop nombreux.
  2. Dont voici la liste indicative : Jérôme Béglé (Paris Match, journaliste littéraire), Florence Ben Sadoun (Première, directrice de la rédaction), Guy Boyer (Connaissance des Arts, directeur de la rédaction), Alain Chouffan (Le Nouvel Observateur, journaliste au service « Notre Epoque »), Bruno Cras (Europe 1, journaliste et animateur spécialisé dans le cinéma), Jean-Marie Durand (Les Inrockuptibles, rédacteur en chef adjoint), Guy Dutheil (Le Monde, journaliste service média), Fabrice Gaignault (Marie-Claire, rédacteur culture), Thierry Gandillot (Challenges, rédacteur en chef délégué), Philippe Labi (VSD-Gala, éditeur), Jean-Michel Maire (Le Figaro, chef du service radio télévision), Thierry Moreau (Télé 7 jours, directeur de la rédaction), Isabelle Morini-Bosc (RTL, chroniqueuse médias), Christophe Ono-Dit-Biot (Le Point, rédacteur en chef du secteur Culture), Dominique Parravano (ParuVendu, rédacteur en chef), Renaud Revel (L’Express, journaliste Médias), Isabelle Richard (France 3, rédactrice en chef de Des Racines et des Ailes), Laïd Sammari (l’Est Républicain), Michel Schifres (Le Figaro Magazine, directeur de la rédaction), Michèle Stouvenot (Le Journal du Dimanche, rédactrice en chef adjointe), Pierre Vavasseur (Le Parisien, grand reporter au service Culture-Spectacles).
  3. Dont on notera, une fois de plus, la paternité simplifiée.
Humeur de en décembre 2008

Les plus lus

Les plus commentés