Vues Éphémères – Été 2014

de

Il reste encore bien du temps avant la grand-messe de la conférence de presse du Festival d’Angoulême (qui se tient traditionnellement début décembre), mais petit à petit, le voile se lève sur la programmation à venir. Et d’annoncer, dès la fin du mois de juin, une flopée d’expositions — Bill Watterson, Taniguchi – L’homme qui rêve, Jack Kirby – Le Maître des super héros, Le monde magique des Moomins, Anna et Froga, auxquelles il faut rajouter l’exposition-anniversaire de L’employé du moi pour ses quinze ans d’activité. Et puis tiens, petite nouveauté, le Festival qui s’essaie au Web 2.0 : «Les Jeunes Talents s’exposent avec KissKissBankBank, jusqu’au 15/07 votez pour votre projet préféré !»
Sur la page correspondante du site officiel, on en apprend un peu plus : «Cette année, le Festival s’est associé avec KissKissBankBank pour lancer un appel à projets auprès des anciens sélectionnés et lauréats du concours Jeunes Talents en vue d’une exposition. Parmi tous les projets, le Comité de programmation du Festival en a retenu trois.» Et nous voilà donc encouragés à venir soutenir notre poulain, notre «talent» préféré comme on dirait dans The Voice.

Que l’on se rassure : il ne s’agit pas ici de financer l’exposition en question, mais seulement de la choisir, KissKissBankBank jouant le rôle d’observateur neutre (le Festival se souvenant sans doute des expérimentations douloureuses du vote du public par Internet en 2009 et 2010). Sauf que. Sauf que comme dans tout bon contrat, il faut lire jusqu’au bout — où l’on découvre, après un tonitruant «Choisissez votre exposition Jeunes Talents pour Angoulême !», cette précision d’importance :
«À vous de voter pour votre projet préféré du 1er au 15 juillet 2014 sur KissKissBankBank : le Jeune Talent qui remportera le plus de votes aura la chance de lancer sa collecte sur KissKissBankBank avec le soutien du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême, afin de concevoir son exposition idéale dans le Pavillon Jeunes Talents® du 29 janvier au 1er février 2015.»

Alors que l’on aligne les valeurs sûres, les sujets éprouvés, les grands noms dans la programmation principale, je ne peux m’empêcher de percevoir dans cette opération une forme de double démission de la part du Festival.
Non seulement celui-ci ne va pas jusqu’au bout d’une démarche éditoriale qui serait de choisir un projet, plutôt que de faire du «participatif à la petite semaine» ; mais il refuse de plus de véritablement soutenir et accompagner ces «jeunes talents» en n’assumant pas le budget de l’exposition — budget qui, tout compris, ne doit pas dépasser 4000€ selon le cahier des charges[1].
Pour un espace qui affiche l’objectif («simple et ambitieux») d’«être la plate-forme d’information exhaustive sur toutes les filières d’accès aux métiers de la bande dessinée et de l’animation, afin d’aider concrètement à l’orientation des jeunes talents», il y a de quoi grincer des dents.

Certes, le Pavillon Jeunes Talents® ne se limite pas à cette seule exposition, et la présentation sur le site du Festival revendique fièrement «un large éventail d’ateliers, spécialement conçus pour pouvoir donner aux aspirants auteurs un véritable avant-goût pratique des métiers de la bande dessinée.»
Ce qui ne manquera pas de laisser un goût quelque peu amer, pour qui a suivi ces dernières années l’évolution des relations entre auteurs et éditeurs, et en particulier des pratiques de rémunération des premiers par les seconds. Jeunes talents, le Festival d’Angoulême (associé à KissKissBankBank) vous souhaite la bienvenue dans la vie active.

Notes

  1. Rappelons pour la forme que le budget global du Festival est estimé autour de 3,5 millions d’euros.
Humeur de en juillet 2014

Les plus lus

Les plus commentés