Vues Ephémères – Février 2009

de

Février commence, le grand cirque du Festival International de la Bande Dessinée a rangé ses tentes, et c’est donc comme toujours l’heure des comptes et des bilans, des soupirs et des indignations, des souvenirs (de festivaliers) et de l’oubli (des médias). Alors, cette édition, c’était comment, hm ?

Au sol, les deux années de chaos occasionnées par les travaux du Champ de Mars ne sont plus qu’un mauvais souvenir. L’implantation en ville est désormais réglée comme du papier à musique, tendue autour de l’axe Nouveau Monde-Monde des Bulles (avec le Manga Building entre les deux), avec comme troisième point focal la CIBDI et son escalier en colimaçon.
Logiquement, les fanzines ont été rapatriés à côté des «indés», et il suffirait d’écarter les stands de produits dérivés qui cernaient l’Association et Cornélius pour que l’on n’y trouve plus grand’chose à redire. Les navettes roulent, le temps se fait printanier, et Angoulême serait presque agréable en Janvier.

Aux murs, l’organisation du Festival évite de justesse la fausse note, trouvant une solution de dernière minute à l’incroyable menace de censure qui flottait sur l’exposition consacrée au collectif sud-africain Bitterkomix. Alors que le désaccord couvait visiblement depuis Décembre, il a suffi d’un article sur le blog de la Charente Libre le 27 Janvier pour que moins de vingt-quatre heures plus tard, dans un chat sur le site du Monde, Benoît Mouchart rassure tout le monde : «Il n’y a plus de problème par rapport à cette exposition.» Juste à temps pour l’inauguration.
Mais voilà, le Festival ne dure que quatre jours, alors que l’exposition doit rester à l’affiche jusqu’au 29 Mars 2009. Et peu importe que la provocation soit au cœur de la démarche du collectif pour encourager la réflexion — les projecteurs médiatiques s’éloignent d’Angoulême, et la censure revient s’installer insidieusement. C’est inadmissible, mais malheureusement «old news is no news». Circulez, il n’y a (plus) rien à voir.

Enfin, alors que le palmarès est généralement le lieu des désaccords mineurs ou majeurs, la presse fait cette année preuve d’une unanimité touchante dans la satisfaction. «Au-delà de la consécration d’une génération, le palmarès 2009 offre un équilibre entre les styles, mais aussi les grandes et petites maisons d’édition», décrète ainsi l’AFP. Il y a deux ans, la même AFP se plaignait pourtant que «le jury (avait) fait la part belle aux petites maisons d’édition […] au détriment parfois d’une bande dessinée plus populaire» — tout n’est peut-être pas désespéré…

Les sorties de Février 2009
Conrad Botes – Rats et ChiensCornélius, Collection Solange
Janice Nadeau & Hervé Bouchard – HarveyLa Pastèque
Benjamin Demeyere – Fire !Bries
Jean-Paul Eid – Des tondeuses et des hommesLa Pastèque
Agathe Halais – Le robinet lui aussi pleure ¡Éditions !
Mizuki Shigeru – 3, rue des Mystères t.2 – Cornélius, Collection Paul
Oh Yeong Jin – Le visiteur du Sud t.2 – Flblb
Ludovic Pedrecchi – Filipo Versus Poney, le recueilEditions En Marge
Nicolas Presl – FabricaAtrabile, Collection Flegme
Øyvind Torseter – DétoursLa Joie de Lire
Nicolas Zouliamis – La volupté d’hectopascalLa Cinquième Couche

Versions Originales
Michael Crowley & Dan Goldman – 08 : A Graphic Diary Of The Campaign TrailThree Rivers Press
Harvey Kurtzman, Jack Davis, Will Elder, Al Jaffe & Arnold Roth – HumbugFantagraphics Books
Theo Ellsworth – CapacitySecret Acres
Miss Lasko-Gross – A Mess Of EverythingFantagraphics Books
Carol Lay – The Big Skinny : How I Changed My FattitudeVillard Books
Ted McKeever – Ted McKeever Library Book 3 : MetropolImage Comics
Tony Millionaire – Drinky Crow’s Maakies TreasuryFantagraphics Books
Bryan Lee O’Malley – Scott Pilgrim Vol 5 of 6 : Scott Pilgrim vs The UniverseOni Press
Brian Ralph – Daybreak Vol 3 – Bodega Distribution
Tiziano Sclavi & Others – The Dylan Dog Case FilesDark Horse

Collectifs
Lapin n°37 – L’Association
Mome Vol 14 – Fantagraphics Books
Tripwire : Superhero SpecialTripwire Publishing Ltd
Revues
The Comics Journal #296 – Fantagraphics Books
Comix Club n°10 : Michel Rabagliati – Editions Groinge
Dangerous Ink Vol 2 #1 – Dangerous Ink Publishing

Requiescat in Pace
Claude Moliterni (76 ans), critique, historien et scénariste de bande dessinée. Il était notamment (avec Francis Groux et Jean Mardikian) l’un des trois fondateurs du Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême.

Comique amer
Programmée en fin de journée le Samedi, la Rencontre Internationale avec les quatre auteurs du collectif sud-africain Bitterkomix (Anton Kannemeyer, Conrad Botes, Karlien de Villiers et Joe Daly) fut un moment fort, faisant état d’une vision de la bande dessinée comme inscrite dans l’histoire et la société, dans son impact politique et sa capacité à porter un message.
Sur France 24, Conrad Botes déclarait d’ailleurs : «Nous savons que nous avons choqué plus d’une personne. Surtout les hommes. Mais nos dessins ont toujours un double sens. Nos images pornographiques ne sont pas gratuitement érotiques. Elles servent à faire sauter les tabous et à provoquer la réflexion. Nous recyclons certains stéréotypes — par exemple, le sentiment d’infériorité des hommes blancs face aux performances sexuelles, supposées supérieures, des Noirs — pour parler des non-dits et des ambivalences de la société post-apartheid.»
Raison de plus de revenir encore sur l’ineptie de la censure touchant cette (trop) courte exposition, et de se pencher sur la superbe anthologie Bitterkomix publiée chez l’Association.

Humeur de en février 2009

Les plus lus

Les plus commentés