du9 in english

Dungeon Quest t.1

de

Ce garçon serait du millénaire qui débute. Il a le crâne en calebasse inversée. Inflation en quasi cercle auquel la tête — celle du visage identitaire d’où sortent les paroles — semble accrochée comme une nacelle à son ballon. C’est par ce plus léger que la réalité que l’on voyagera, par ce monde encéphale serti faisant contenu. Comme Joe Daly est l’auteur, immersion et distances ont leur rôle, sont enjeux, on y plongera, on les parcourra.

Millenium Boy semble avoir douze ans ou bien quatorze. Il est vrai, il existe, il est façonné, modelé, la preuve photographique est en couverture. On doit pouvoir le prendre en main, on pourrait le voir sur un échiquier, un plateau ou bien le dessiner sur une planche. En dessin, c’est deux points pour les yeux, un nez comme un «u» couché, un trait pour la bouche. Pas de houppette sur cet autre visage minimal mais en guise de coiffe cette excroissance affichant «en creux»[1] un triomphe du monde en soi,[2] faisant des alentours extérieurs un monde à lire, à parcourir, à quêter, à se chercher puisqu’il est ramené à soi.

Des «banlieues du désespoir»[3] à ces périphéries de soi imaginaire, ce sont les lieues du ban qui se transforment en centre de merveilles où l’«heroic», la «fantasy» se pratique pour donner à ce «je» le rôle qu’il se cherchait.
Oui, tout cela part d’une grosse tête plus enflée par l’ego que la mémoire, plus enflée par la fiction que la réalité. C’est normal à cet âge, cela le devient peut-être aussi à cette ère.

L’enfant du millénaire serait comme un Don Quichotte mais sans le regard d’un Sancho voyant la vraie nature des géants. Un héros «à la triste figure»[4] qui a en supplément de se savoir plus ou moins consciemment au seuil d’une métamorphose qu’il espère super-héroïque plutôt qu’en adulte et la question sexuelle qu’elle implique.
Petit mâle en quête du donjon donc, de cette érection monumentale quelque part, abordable en ce monde puisque ce garçon rôliste peut tout y expliquer de façon «fantasyste», puisqu’il est enfin le maître de son «je».

Quête ou fuite ? Nouvelle forme d’ivresse en tout cas, qui ne sera blâmable ou non que quand on connaîtra sa fin au troisième volume. En attendant, Joe Daly interroge avec humour l’emprise fictionnelle d’une culture populaire sur le monde vu de l’hémisphère sud. Une distance d’avec l’imaginaire paradoxalement d’autant mieux marquée qu’elle devient «en quête», et qu’elle se parcourt ici par la fiction. Une magie certes, mais d’homme aux doigts prestes[5] offrant un bonheur de lecture bien réel.

Notes

  1. En ronde-bosse devrait-on dire.
  2. Rond comme une planète.
  3. Première phrase du livre.
  4. Dont l’apparence pourrait navrer.
  5. Prestidigitateur.
Site officiel de L'Association
Chroniqué par en novembre 2009

Les plus lus

Les plus commentés