Vues Ephémères – Avril 2009

de

A ce qu’il paraît, Dominique A est féru de bande dessinée — cela s’était d’ailleurs concrétisé avec le petit ouvrage Dominique A [textes illustrés] paru aux éditions Charrette de Loïc Dauvillier en 2007, où pas moins de 32 auteurs étaient venus associer leur trait aux écrits du chanteur.[1] Un entretien accordé à l’occasion permet d’ailleurs de constater qu’effectivement, monsieur A sait de quoi il parle lorsqu’il aborde la neuvième chose.

Cette semaine, Dominique A est «rédacteur en chef invité» des Inrockuptibles. Donc, c’est normal, Dominique A s’affiche en couverture, l’air concentré, les manches de sa veste noire constellées de poudre de craie — cette même craie jaune dont il tient encore un morceau dans la main, et avec laquelle (on le suppose) il vient d’écrire au tableau noir les grands titres de son sommaire. C’est clair, Dominique A n’est pas là pour faire de la simple figuration, il a mis la main à la pâte, et les sujets qui l’entourent lui tiennent certainement à cœur, préoccupations d’ordre social («à la rencontre des sans-abri», «Afrique, l’oubliée du G20» et «contre le libéralisme, éloge de la démotivation») ou culturel («Miyazaki réenchante le monde», «pour ou contre la chanson française ?» et «rendez-vous avec Cécile de France») qui méritent donc qu’on s’y arrête. De son regard tourné vers le lecteur, Dominique A l’invite à la réflexion commune, à l’engagement citoyen, au sérieux partagé.
Et puis, dans le coin en bas à droite, il y a cette petite mention qui détonne, cette bulle qui annonce gaiement «+ plein de BD !» Inscrite à la craie, elle apparaît pourtant aussitôt comme à part, se positionnant sur un autre plan. C’est peut-être la seule couleur jaune, alors que les autres titres s’inscrivent en deux tons (blanc/jaune). Faut-il chercher du côté du trait du phylactère[2] qui l’isole du reste, ou de cette formulation bêtifiante perdue au milieu d’énoncés plus graves ? A moins que ce ne soit la combinaison de la bulle et de l’enthousiasme de mise (signifié par ce point d’exclamation) qui vienne en souligner sa valeur d’ajout ultérieur, comme on apposerait un sticker promotionnel sur un baril de lessive.

A l’intérieur, en fait de «plein de BD» il faudra se contenter de trois doubles-pages[3] triomphalement intronisées «Portfolio BD». On pourrait magnanimement y rajouter les rares illustrations signées Anouk Ricard ou François Ayrolles, ou encore le portrait du maître (invité) de céans par les Présidents Dupuy-Berberian. Il y a bien la rencontre avec Luz — sauf qu’il n’y est absolument pas question de bande dessinée mais plutôt de musique, à discuter de la chanson française et de ses déceptions. Et bien sûr, face à cette débauche de bande dessinée dans l’ensemble du magazine, la page qui lui habituellement consacrée dans la section «Livres» est cette semaine aux abonnés absents.

Exceptionnel, ce numéro l’est finalement dans ce choix d’afficher en couverture l’habituelle vision infantilisante de la bande dessinée. Pour la presse, la bande dessinée — pardon, «la BD» — c’est sympa, c’est fun, c’est détendu. Avec «la BD», on se change les idées, on retrouve une âme d’enfant, on oublie un moment la dureté du monde.
Peu importe alors que les œuvres mises en avant dans ce «portfolio» relèvent d’un véritable travail d’auteur, que Dominique A fasse preuve d’autant de sérieux et d’intérêt pour présenter ces extraits que les autres sujets, ou même que les Inrockuptibles accueillent depuis quelques années une page hebdomadaire (plutôt de bonne tenue) consacrée au neuvième art. En couverture, la bande dessinée semble condamnée à être simple «BD», sympathique et légère…

Les sorties d’Avril 2009
Edmond Baudoin – AmatlanL’Association, Hors Collection
Grégoire Carlé – Baku 2 – L’Association, Collection Mimolette
Mike Dawson – Freddy et moiRackham, Collection Morgan
Jean-Yves Duhoo – Oncle HoL’Association, Collection Mimolette
William Henne – Les songes (reliefs)La Cinquième Couche
Ben Katchor – Le quartier des marchands de beautéRackham, Collection Le Signe noir
Jean-Marc Pointier – Pièces obliquesLes Enfants Rouges
Gabriel Schemoul – RyooshiCornélius
Tezuka Osamu – Kaos, volume 3 – Cornélius

Versions Originales
Byun Byun-Jun – MijeongNBM
Jim Ottaviani, Zander Cannon & Kevin Cannon – T Minus : The Race To The MoonSimon & Schuster
Bill Sienkiewicz & Dan Chichester – Moby DickImage Comics
Harold Foster – Prince Valiant Vol 1 : 1937-1938Fantagraphics Books
Chester Gould – The Complete Dick Tracy Vol 7 – IDW
Gilbert Hernandez – The TroublemakersFantagraphics Books
Jon J. Muth & John Kuramoto – StonecutterSt Martins Press
Alan Moore & Kevin O’Neill – The League of Extraordinary Gentlemen Vol III : Century #1 – 1910Top Shelf & Knockabout
Lark Pien – Long Tail KittyBlue Apple Books
Carol Tyler – You’ll Never Know Book 1 : A Good Decent ManFantagraphics Books
Tatsumi Yoshihiro – A Drifting LifeDrawn & Quarterly
James Turner – Rex Libris Vol 2 : Book Of MonstersSlave Labor Graphics
James Turner – Warlord Of IoSlave Labor Graphics

Collectifs
Les Films Du Crayon – Sélection officielleAlain Beaulet éditeur
Harvey Pekar, Paul Buhle & Others – Studs Terkel’s WorkingNew Press
Stripburger #48 – Forum Ljubljana
Trump : The Complete CollectionDark Horse
Revues
The Comics Journal #298 – Fantagraphics Books
Essais
James Danky & Denis Kitchen – Underground Classics : The Transformation Of Comics Into ComixAbrams
Annalisa Di Liddo – Alan Moore : Comics As Performance, Fiction As ScalpelUniversity Press Of Mississippi
Denis Kitchen – The Art Of Harvey KurtzmanAbrams
Dave Sim – Cerebus Archive #1 – Aardvark Vanaheim
Craig Yoe – Secret Identity : The Fetish Art Of Superman’s Co-creator Joe SchusterAbrams

Requiescat in Pace
Jose Gonzalez (70 ans), dessinateur ayant contribué le plus d’histoire à la série Vampirella pour Warren Publishing ;
Frank Springer (79 ans), dessinateur ayant travaillé en particulier sur Nick Fury, Agent of S.H.I.E.L.D. (après le départ de Jim Steranko en 1968-1969), et plus tard sur She-Hulk et Dazzler pour Marvel.

«Numérique»
En 2007, la presse spécialisée unanime s’était inquiété de la montée du manga. 2008 l’avait vue décréter comme un seul homme l’état de surproduction. Visiblement, l’année 2009 sera numérique ou ne sera pas. Le Festival d’Angoulême avait donné le «la», et le Salon du Livre s’est mis au diapason — et de voir les nouvelles offres de bande dessinée sur iPhone ou iTouch fleurir un peu partout, explorant diverses solutions techniques et formules de vente, à la recherche de l’Eldorado annoncé.
Pour ma part, je continue à me montrer sceptique sur ces jolis discours, qui essayent de m’expliquer la révolution que représente la découverte d’un récit saucissonné case par case sur un petit écran, par rapport à la lecture sur un album. De mon côté, ce sont plus les progrès effectués du côté du livre électronique qui me semblent prometteurs — même s’il faudra probablement s’armer de patience

Notes

  1. La liste complète : Alfred, Mikhaël Allouche, Jérôme d’Aviau, Bézian, David Bolvin, Hervé Bourhis, Steven Burke, Cécil, Sybille Delacroix, François Duprat, Christophe Gaultier, Richard Guerineau, Olivier Latik, Joël Legars, Régis Lejonc, Marc Lizano, Guillaume Long, Laureline Mattiussi, Henri Meunier, Marion Mousse, Thierry Murat, Obion, Jean-Philippe Peyraud, Christophe Poot, Thibault Poursin, Pascal Rabaté, François Ravard, Stefano Ricci, Jean-Jacques Rouger, Sylvain Savoia, Natacha Sicaud et Sébastien Vassant.
  2. Phylactère qui, par sa forme, donne l’impression d’avoir été tracé par Philippe Geluck.
  3. Extraites de Interiorae de Gabriella Giandelli, Le Fleuve Shinano de Kamimura Kazuo et Okazaki Hideo, et The Red Monkey dans John Wesley Harding de Joe Daly.
Humeur de en avril 2009

Les plus lus

Les plus commentés