du9 in english

Isaac le Pirate – t.2 : Les Glaces

de

Notes de (re)lecture

Les personnages d’Isaac le Pirate (et plus largement ceux de Christophe Blain) semblent obéir à des pulsions ou agir sous le coup d’envies primaires (au sens de couleurs primaires, c’est-à-dire non mélangées, non composites). Je parle surtout des personnages masculins car les personnages féminins sont plus complexes et leurs ressorts psychologiques plus indéchiffrables. Les hommes sont pris d’émotions simples et ils y obéissent avec une spontanéité très démonstrative : Chemin-Vert est amoureux d’Alice ? il se languit lorsqu’il est loin d’elle et dès qu’il peut, il accourt auprès d’elle ; un pirate est en colère après Isaac ? Il l’agresse physiquement ; les pirates sont d’humeur joueuse ? les voilà à faire de la luge ; Isaac s’ennuie ? Il dessine.

Ce qui m’intéresse là, c’est que les émotions ressenties par les personnages se traduisent directement en mouvements dessinées, plutôt qu’en paroles écrites dans des bulles.

Dans un film muet, en regardant un personnage agir, on comprend ses intentions, ses émotions et ses motivations. Pour cela, il faut que celles-ci soient univoques et non ambiguës.  La bande dessinée de Christophe Blain est proche de cette méthode. Dans certaines séquences, les bulles sont absentes : la séquence où Isaac est malmené par la tempête (planche 10) est très proche d’une séquence cinématographique ; celle de la bagarre avec un pirate irascible (planches 11 et 12) est du même ordre. Dans d’autres séquences, les bulles sont redondantes : Chemin-Vert répétant «Alice» en se précipitant chez elle (planche 24) ; ou cette dernière case de la planche 13, aux allures de tableau, dans laquelle les paroles des personnages complètent la perception que l’on a de l’ambiance de la scène, mais n’ont pas de portée narrative.

Parler est aussi une forme d’action. Le cinéma muet nous montre la parole mais sans nous livrer son contenu : les personnages articulent des mots que nous n’entendons pas. En revanche, le cinéma parlant permet une grande richesse de nuances rien qu’en juxtaposant les actions des personnages avec les intentions ou les sentiments qu’ils expriment oralement. La bande dessinée de Christophe Blain semble plus proche du premier que du second en ce qu’elle met en scène les émotions et les sentiments des personnages en comptant moins sur le sens de leurs paroles que sur le sens de leurs actions : courir, regarder, se battre, baisser les yeux, parler… Un autre indice de la proximité de la bande dessinée de Blain avec le cinéma muet se trouve dans les cases noires insérées dans les planches 7 et 11 qui semblent remplacer des «plus tard». Elles sont très proches, techniquement, de fondus au noir, très fréquents dans le vocabulaire du cinéma muet.

Site officiel de Dargaud (Poisson Pilote)
Chroniqué par en octobre 2014

Les plus lus

Les plus commentés