du9 in english

Jambon Blindé (n°1-3)

de

Si vous trouvez que Fabrice Néaud va trop loin dans l’autobiographie avec son Journal Direct, cette série de comics (3 numéros parus) en représente une autre facette. Mattt Konture a décidé d’essayer d’être rapide et de ne pas trop retoucher ses dessins (c’est un maniaque de la correction, ceci explique peut être le peu de productions à son actif) et nous livre ici tout ce qui lui passe par la tête : des délires hallucinatoires aux introspections vertigineuses.
Je préviens quand même les fans traditionnels de Mattt que dans ce comics la forme est très difficile, on abandonne une idée, on la reprend, on redit la même chose ou son contraire … en fait on suit les hésitations et les tergiversations de l’auteur et en ce sens il s’agit la d’autobiographie extrêmement poussée. Il est alors difficile de résister a l’impression un peu désagréable d’être perdu au milieu du cerveau torturé de l’auteur en se demandant ce qu’on fout là … et en se demandant si cela devait être publié (cette question est lancinante dans le discours de Mattt).

Néanmoins au-delà du fatras, on sent une dimension humaine réelle, un auteur écorché qui s’auto-flagelle (pour sa timidité ou pour son narcissicisme) et l’exercice devient intéressant. D’aucun diront que cela était déjà perceptible dans Ivan Morve (dont la forme est plus aisée à lire) mais ici plus de masque, plus d’entremise, on est en prise directe.
L’exercice était périlleux mais Mattt s’en sort bien et réussit a nous tenir en haleine malgré quelques difficultés de lectures (ratures, dessins débordant sur les textes, réduction de certaines cases). Si vous voulez rentrer dans la tête d’un auteur de BD « humain », ceci est une bonne occasion !

De plus Mattt a eu l’excellente idée d’inviter de ci de là quelques bons auteurs languedociens : Laure del Pinto (qu’on peut admirer dans Ego Comme X), Pierre Maurel et Olivier Josso (aux dessins d’une naïveté touchante et qui omniprésent dans la presse indépendante en ce moment). Bon il y a aussi Lolmède mais faut aimer …
Mais surtout que ceux qui veulent découvrir Mattt commencent par des choses plus classiques telles l’excellentissime Ivan Morve (autobiographie mal déguisée) édité chez l’Asso dont il est un des cofondateurs.

Chroniqué par en novembre 1997

Les plus lus

Les plus commentés