The System

de

Dans l’exercice très particulier que constitue la bande dessinée muette, on connaissait déjà Gon, la série de Tanaka Masashi mettant en scène un petit tyrannosaure. Soutenu par le découpage cinématographique propre à la manga, le récit déroulait sans heurt ses petites fables animalières.

Avec The System, Peter Kuper se lance dans un projet autrement plus ambitieux : dans un scénario plus complexe, il s’attache à suivre le parcours d’une demi-douzaine de personnages par petites touches, parcours qui se croisent et se rencontrent — le tout sans recourir au texte. Et si la lecture des premières pages demande un peu d’attention, on rentre très vite dans son système narratif.

Pourtant, le dessin de Peter Kuper n’est pas forcément des plus lisibles, proche du graffiti dans son rendu — granuleux et anguleux, symbolique et synthétique. Mais jouant sur sa palette de couleur pour souligner les personnages les plus importants, il permet au lecteur de trouver ses repères pour suivre ce récit fortement ancré dans la culture urbaine contemporaine — très sombre, forcément.
Un véritable tour de force, à découvrir.

[XaV|signature]

The system. C’est le chef d’oeuvre de Peter Kuper (éviter Stripped, son album autobiographique assez ennuyeux). The System est tout simplement fabuleux, entièrement muet, en couleur et dans un style issu de l’esthétique graphitiste. L’instantané d’une ville (New-York ?) à travers les croisements, les rencontres et les parallèles de différents personnages. C’est un tour de force narratif, une merveille visuelle, c’est noir et c’est IN-DIS-PEN-SA-BLE.

[Gregg|signature]

Site officiel de Peter Kuper
Chroniqué par en juin 1998

Les plus lus

Les plus commentés