du9 in english

Contre la bande dessinée

de also available in english

L’Eprouvette est morte, vive L’Eprouvette. Tout d’abord collection, avant de devenir revue critique le temps de trois imposants volumes, elle est redevenue collection sans pour autant perdre son ambition de recherche de «Théorie, de réflexions et de conversations autour de la bande dessinée».
A cet «autour», Jochen Gerner répond par un «contre».

Jochen Gerner est auteur — sa problématique est autant artistique que critique. Il montre, il liste, il met en scène, mais laisse le commentaire et l’interprétation à son lecteur. Il accumule, il catalogue, et à sa manière, il témoigne. Ainsi, dans le numéro 2 de L’Eprouvette (la revue), il s’essayait déjà à «Femme nue + arme», une typologie des couvertures des bandes dessinées parues aux éditions Soleil. Après une brève introduction descriptive, suivait sur trois pages une longue liste méthodique et précise, laissant au lecteur le choix de tirer ses propres conclusions.
Contre la bande dessinée (sous-titré «choses lues et entendues») procède de la même approche d’inventaire — même si celle-ci ne sera clairement explicitée que dans les crédits qui concluent cet ouvrage. «Les expressions, listes de mots, phrases ou paragraphes de ce livre proviennent intégralement de conversations entendues, de supports imprimés (livres divers, journaux, revues et magazines), de sites Internet ou d’émissions radiophoniques et télévisées.»

Ainsi, impassible, Gerner reproduit, retranscrit dans son style très identifiable cette succession de mots et d’images. Ce n’est plus une collection de coupures de presse, cela devient une matière — matière critique ou grinçante, mais surtout une matière ré-appropriée. On retrouve ici les échos d’autres explorations autour de Tintin, que ce soit avec son TNT en Amérique ou le travail autour de L’oreille cassée présenté dans L’Eprouvette.[1]
De cette ré-appropriation ressort la véritable nature de cet ouvrage : non pas un réquisitoire, mais simplement le témoignage d’une certaine vision de la bande dessinée — une vision personnelle, qui n’appartient qu’à l’auteur. On pourrait regretter que l’ensemble ne soit pas dûment indexé et numéroté et référencé, comme ce serait le cas dans un travail académique. Mais là n’est pas le propos. Cet inventaire demeure un inventaire personnel, un catalogue subjectif — «choses lues et entendues», certes, mais par Jochen Gerner lui-même.

Gerner liste donc, et ses listes s’imbriquent dans d’autres listes, s’illustrent, se répondent et se complètent. Contre la bande dessinée s’articule ainsi en thématiques,[2] collections de textes émaillés encore d’énumérations et de listes soigneusement organisées.
S’il n’est pas pamphlétaire, ce n’est pas pour autant que Contre la bande dessinée ne prend pas position. Bien sûr, le titre de cet ouvrage l’inscrit dans une problématique, mais on peut se demander dans quelle mesure cette problématique est aussi simple que cela, et s’il n’y aurait pas une part de critique effective dans ce «contre», fustigeant une certaine idée de la bande dessinée qui n’aurait finalement que ce qu’elle mérite[3] — un point qui se trouve également renforcé par la publication dans la collection Eprouvette, dans la lignée d’autres Plates-Bandes.
Il serait donc erroné de vouloir limiter le propos de ce livre à la seule illustration de la mauvaise image de la bande dessinée dans les divers médias — encore une fois, le discours de Gerner est plus nuancé et complexe, montrant plutôt toute une palette d’idées reçues et de perceptions maladroites. Son traitement (à la fois graphique et «scénique») tout en polysémie se pose alors en écho décalé et caustique de cette multiplicité d’acceptations plus ou moins vagues, auxquelles il apporte de temps en temps un contrepoint en produisant des énumérations qui sont autant de regards en retour, défenseurs ou critiques.

Plus qu’un texte directement (simplement ?) théorique, Contre la bande dessinée propose donc une matière à réflexion — du «contre» pour pouvoir penser «sur» et «autour». Et presque symboliquement, passé le préambule, la première page de cet essai propose au lecteur un petit exercice de «joint les points». Une manière d’interpeller le lecteur, et de l’encourager, à son tour, à participer — une mise à l’épreuve.

Notes

  1. Dans le numéro 3,«Caramba !», p.413.
  2. Soit : Préambule ; 1. Objet(s) ; 2. Décors et Couleurs ; 3. Personnages ; 4. Récits ; 5. Jeunes Lecteurs ; 6. Médiocrité ; 7. Sexe et Violence ; 8. Censure ; 9. Festivals ; 10. Exercices ; 11. Culture ; 12. Littérature ; 13. Cinéma et Télévision ; 14. Théâtre et Opéra ; 15. Musique ; 16. Nouvelles Technologies ; 17. Architecture ; 18. Dessin ; 19. Art ; Epilogue.
  3. On notera en particulier les citations tirées de L’Art de la BD de Duc, longtemps la seule méthode d’apprentissage de la bande dessinée — ou tout du moins, la plus largement répandue — dont émane une vision particulièrement réactionnaire et réductrice de ce que serait une «bonne bande dessinée».
Site officiel de Jochen Gerner
Site officiel de L'Association
Chroniqué par en janvier 2008

Les plus lus

Les plus commentés