Dallas Cowboy

de

Tout commence en pleine nuit, dans ce moment si particulier où, déjà couché, on attend que le sommeil daigne venir. Ce moment où l’on voudrait ne penser à rien, mais où l’esprit s’échappe constamment, vagabondant de souvenirs en impressions, passant d’une scène à l’autre sans logique apparente.

Nous voici donc partis dans les pensées de ce « Dallas Cowboy » (Larcenet lui-même ?), découvrant au fil des petites anecdotes la vie d’un petit gros mal dans sa peau. Aujourd’hui comme hier, c’est le même rejet auquel on doit faire face, la même cruauté sans raison autre que quelques kilos de trop. Dessin noir et situations amères, Larcenet ne laisse aucune illusion, aucun espoir pour des lendemains meilleurs.

Et pourtant, l’humour reste présent, sous la forme d’une auto-dérision souvent acide, tellement humaine. Et l’on oublie un peu ce monde sans pitié qui l’attend à nouveau de l’autre côté de la nuit. Un très beau livre, touchant et attachant.

Site officiel de Manu Larcenet*
Site officiel de Les Rêveurs
Chroniqué par en mars 1998

Les plus lus

Les plus commentés