Pascin (t1)

de

Le très prolifique Joann Sfar a une passion pour le peintre Pascin. Plutot que de dessiner une biographie historique de ce peintre de seconde zone du début du siècle, il préfère romancer sa vie, y mêler des obsessions personnelles, y rajouter des épisodes fictionnels.
Pour autant, et parce que Sfar connaît extrémement bien son sujet, Pascin n’est pas une pochade pseudo-historique, mais bel et bien une oeuvre personnelle, une vraie bio à défaut d’être réelle.

Prépubliée dans Lapin, l’histoire fait partie des histoires qui tiennent à coeur à l’auteur de Petit vampire. Du coup, elle ne devrait pas passer inaperçue dans la bibliographie de Sfar.
Mais si le projet est emballant, si le traitement biographique est novateur (pas de naphtaline ici mais du sexe en pleine forme), si la maquette signée Menu est très chouette, il faut quand même avouer que payer 43 francs (prix Réunion) pour une histoire de 32 pages nous refroidit un peu. D’autant que ce premier épisode n’est pas extrémement dense au niveau narratif.

La suite — que l’on a lu dans Lapin — est vraiment excellente, mais combien de temps faudra-t-il attendre pour la voir dans les bacs des libraires ? Le dilemme est là : passer à coté de ce qui est sans doute une des grandes oeuvres d’un des auteurs les plus intéressants du moment ou accepter le jeu de la série en courts épisodes relativement chers.
Arg, saloperie de capitalisme.

Site officiel de Joann Sfar
Site officiel de L'Association
Chroniqué par en décembre 2000