Rétroviseur

de

Alors que d'aucuns choisissent de faire le bilan de l'année passée au 31 décembre, du9 profite plutôt de la rentrée. Retour sur la saison 2017-2018, le temps d'un coup de rétroviseur...

Septembre

Média-Participations absorbe La Martinière. Les Cahiers de la BD font leur retour, Hey ! se tourne vers le financement participatif.
Cinquième édition pour Formula Bula. Deuxième édition des Rencontres nationales de bande dessinée, autour des pratiques pédagogiques et de l’introduction de la bande dessinée en classe.
La bande dessinée fait sa rentrée, que la RTBF et les Echos se targuent de commenter. Benoît Peeters s’attaque à retracer l’histoire de la bande dessinée dans un cycle de conférences aux Arts et Métiers.
Science & Vie Junior sort un hors-série « exceptionnel » sur La vraie vie d’Astérix en 100 questions.

Octobre

La French Comics Association organise le French Comics Framed Festival, à grands coups de subventions diverses (donnant l’occasion de s’attarder sur ce sujet hautement intéressant).
Troisième collaboration du duo Ferri-Conrad, Astérix et la Transitalique fait un carton annoncé en librairie ; dans les salles de ventes, un original d’Uderzo pour la couverture d’Astérix et le Tour de Gaule se vend pour plus de 1,4 million d’euros aux enchères.
Petit à Petit lance des guides touristiques en bande dessinée, Bragelonne se lance dans le comics, avec sa sollection Hi Comics. Joker met la clé sous la porte, une partie du catalogue rejoignant Kennes Editions.
Le Syndicat national de l’édition dresse un portrait robot de l’acheteur en librairie, l’AFP en profite pour décrire un secteur de la bande dessinée « en plein essor » — sans surprise, le Numérologue avisé y trouvera à redire.
Disparition de Patrick Jusseaume.
Thor : Ragnarok sort en salles.

Novembre

Touche pas à mon poste a désormais sa bande dessinée — une bien belle histoire.
La Terre des fils reçoit le Grand Prix de la critique ACBD 2018… juste après avoir reçu le Prix Ouest France-Quai des Bulles, le Prix Utopiales BD 2017 et enfin le Grand Prix RTL de la BD 2017 — posant la question de la diversité de la critique. Enrico Marini sort son Batman.
Justice League débarque au cinéma.

Décembre

7e édition du SoBD à Paris. Bilal sort son Bug (et ça se voit), la mythique émission Tac au tac revient à la télévision (sur la chaîne Museum). Gunnm (aka Alita : Battle Angel) ouvre de grands yeux dans la première bande-annonce de son adaptation cinématographique, sous la houlette de Robert Rodriguez.
Les Arts Dessinés est un nouveau trimestriel consacré à l’image, sous la houlette de Frédéric Bosser.
Pas de rapport de l’ACBD pour égayer la fin d’année, suite à la retraite de Gilles Ratier.
Annie Goetzinger tire sa révérence.

Janvier

2018 commence avec cette réinterprétation improbable : Mickey Maltese – La ballade de la souris salée. GfK annonce une année record pour 2017 — 43 millions d’exemplaires pour 500 millions d’euros de chiffre d’affaire (le Numérologue en chef n’a rien à dire). Tout un symbole : première librairie de bande dessinée en France (puisque ouverte en 1948), la librairie Album du 84 boulevard Saint-Germain à Paris ferme ses portes définitivement.
Pour sa 45e édition, Angoulême version 2018 se met au manga avec une triplette de haut vol (Mashima-Urasawa-Tezuka), choix salué par la presse enthousiaste. Jérémie Moreau repart avec le Fauve d’Or, Richard Corben devance Chris Ware et Emmanuel Guibert pour le Grand Prix d’Angoulême (Alan Moore et Manu Larcenet, également plébiscités, ayant publiquement annoncé leur retrait de la compétition).

Février

Arleston devient directeur de collection (Drakoo, consacrée à la Fantasy et la SF) chez Bamboo. Stéphane Ferrand reprend du service, et annonce la collection Vega chez Steinkis.
Mad Magazine change de côte, et passe de New York à Burbank.
Black Panther fait un carton mondial au cinéma, c’est moins le cas pour Spirou et Fantasio.
Fin de partie pour Mort Walker.

Mars

Dupuis fête les 30 ans d’Aire Libre.
Chris Ware expose ses originaux à la galerie Martel.
Livre Paris cède devant la mobilisation autour de #PayeTonAuteur, et accepte de rémunérer les auteurs participants aux animations de la manifestation. Tremblement de terre au Japon : pour la première fois, les ventes numériques de manga passent devant les ventes papier.
Disparition de Gérald Gorridge.

Avril

15e rencontres d’Aix en Provence, Mattotti s’expose à Bastia. Retour des 48h BD, avec 200 000 albums à 2 euros (contre 1 euro l’année précédente). Outre-atlantique, le site Vulture dresse sa liste des « 100 pages qui ont fait la bande dessinée« .
Glénat lance GlénAAARG, prolongement de la défunte revue AAARG !. Casterman lance Paperback, son label comics. Laurel attaque CaliforNid, espérant prolonger le succès de Comme convenu.
Avengers : Infinity Wars marque le début de la conclusion de deux décennies de MCU. Gaston Lagaffe s’adapte au grand écran, la fille de Franquin y trouve beaucoup à redire. La mort de Staline sort en salle.
F’murrr s’éclipse. Décès de Isao Takahata.

Mai

Glénat décide de relancer Conan. Une planche d’Astroy Boy est vendue aux enchères pour 200 000€,  Lewis Trondheim annonce Lesdessinateurs.com, site de vente (directe) d’originaux.
Après un peu moins de quatre ans d’activité, les Etats Généraux de la Bande Dessinée dressent un bilan assez amer.
Deuxième film pour Deadpool.
William Vance n’est plus, Julio Ribera s’éteint.

Juin

Superman souffle 80 bougies, Garfield atteint les 40 (rugissants), Casterman fête les 40 ans d’(à suivre). Delcourt réédite (enfin) du Tezuka, Ayako et l’Histoire des 3 Adolf inaugurant une salve de réédition pour cette « édition prestige ». Bécassine débarque dans les salles obscures, Un homme est mort devient un film d’animation sur arte.
Delcourt s’associe au fonds d’investissement Florac, Le Seuil et La Revue Dessinée rachètent XXI et 6Mois. Après avoir relancé les Cahiers de la BD, Vincent Bernière tente de doubler la mise avec une campagne de financement participatif pour les éditions Revival. Delcourt annonce pour septembre Pataquès, collection d’humour dirigée par James. Deuxième saison pour Été, la création de Thomas Cadène, qui revient sur Instagram. Le Parc Spirou ouvre ses portes dans le Vaucluse.
Les auteurs écrivent au gouvernement pour alerter de leur situation de plus en plus précaire. Joann Sfar interpelle Vincent Montagne (président du SNE), qui botte en touche et dit qu’il n’y est pour rien.

Juillet

Bamboo a 20 ans, 19e édition pour Japan Expo. Après dix ans d’attente, les premières pages de Spirou ou l’espoir malgré tout d’Emile Bravo paraissent dans Le Monde. La coupe du Monde de Football accouche d’un intrigant Belgique-France, qui fait sourire quelques aficionados du 9e art.
En Argentine, Quino refuse l’utilisation de Mafalda par les anti-avortement. Du 19 au 22, c’est le San Diego Comic Con, grand raout du neuvième art américain, avec les Eisner Awards qui multi-récompensent Emil Ferris et ses Monstres.
Ant-Man et la Guêpe débarquent sur grand écran, deuxième adaptation pour Tamara au cinéma.
Frank Giroud nous quitte.

Août

Les Vieux Fourneaux sortent au cinéma.
Grzegorz Rosinski prend sa retraite de Thorgal, la relève est assurée par Fred Vignaux.
Atrabile annonce une réédition de L’homme sans talent de Tsuge Yoshiharu (ranimant l’espoir de voir paraître en français d’autres œuvres de cet auteur essentiel).
Levée de boucliers devant l’exposition annoncée de Marsault à la galerie Art Maniak, entrainant sa déprogrammation ; sur les réseaux sociaux, la bataille fait rage entre pro et contre, avec Tanx en première ligne (soutien inconditionnel).

Et puis septembre arrive, Les Cahiers d’Esther (de Riad Sattouf) et 50 nuances de Grecs (de Jul et Charles Pépin) sont adaptés en dessin animé sur Canal+, c’est la rentrée. On est repartis pour un tour…

Dossier de en septembre 2018